Les partenaires de l'équipe de France Olympique à Pescara

Le saviez-vous ?

Le 19/06/2009

Les XVIe Jeux Méditerranéens se déroulent dans une région, un pays, riche d'une histoire deux fois millénaire. Les réalisations et la culture de la Rome antique sont à la base de la civilation occidentale. Par ailleurs, crées par l'Egyptien Mohammed Taher Pacha au sortir de la 2e guerre mondiale, disputés pour la première fois dans son pays, à Alexandrie en 1951, les "Jeux Med" ont une histoire vieille de déjà 50 ans.

Le saviez-vous ?

SPQR
La devise Senatus PopulusQue Romanus (signifiant Le sénat et le peuple romain), abrégée sous la forme du signe S.P.Q.R., était l'emblème de la République romaine, puis par tradition de l'Empire romain. Plus encore que tout autre symbole, ces quatre mots représentaient le pouvoir politique romain, comme un drapeau le fait aujourd'hui pour nos États. Les lettres S.P.Q.R. font toujours partie du blason de la ville de Rome et sont encore inscrites sur les bâtiments, bouches d'égout, fontaines et œuvres publiques de la ville. On s'amuse aussi en Italie à détourner le sigle pour en faire « Sono Pazzi Questi Romani » (ils sont fous ces romains) ou encore « Sono Porchi questi Romani » (ces romains sont des porcs).

Codex
Le livre nous vient de la civilisation romaine. Sous sa première forme, (à partir du 1er siècle), il s'appelait le codex (bloc de bois ou livre en latin). Il était déjà du même format que celui utilisé pour les livres modernes, avec des pages reliées ensemble et une couverture. Cette invention romaine a remplacé le rouleau de parchemin et est la première forme de livre de toutes les cultures d'Eurasie.

Adriatique
La mer Adriatique doit son nom à la ville d'Adria (ou Hadria ou Atria), fondée au VIe siècle avant. J.-C. par les Étrusques, située jadis sur ses bords. Ce nom ne s'entendait primitivement que d'un petit golfe situé devant cette ville, et aujourd'hui comblé par les atterrissements du Pô. Sa surface est de 160 000 km² entre les péninsules italienne et balkanique. La ville moderne d'Adria, dans la province de Rovigo en Vénétie est désormais à environ 18km des rivages de la mer à qui elle a donné son nom.

Auguste
Le premier empereur romain n'est pas Jules Cesar, qui se fit nommer dictateur à vie, mettant ainsi fin à la République, avant d'être assassiné en 44 av JC, mais son petit neveux et fils adoptif Octave. Ce dernier, après avoir vaincu Marc Antoine à la bataille navale d'Actium en 31 av J-C, prit le titre d'Auguste, régna jusqu'en l'an 14, et inaugura la dynastie des Julio-Claudiens qui s'éteignit avec Néron en l'an 68. L'empire romain, lui, dura jusqu'en l'an 476.

Mare Nostrum
C'est le nom latin, signifiant littéralement « notre mer », que les Romains donnaient au bassin méditerranéen. Devenus maîtres de tout le pourtour côtier, ils considéraient ces eaux comme les leurs, leur territoire s'arrêtant alors aux Colonnes d'Hercule, c'est-à-dire les deux monts qui bordent le détroit de Gibraltar (le rocher de Gibraltar au nord, sur la rive européenne et le Jbel Musa au sud sur la rive africaine), porte d'accès vers l'océan Atlantique, limite entre le monde civilisé et un monde inconnu ou dangereux...

Giordano Bruno
Au centre de Rome, sur la place « Campo Dei Fiori », trône la statue de Giordano Bruno. Né à Nola en 1548, Bruno était un philosophe et théologien italien. Sur la base des travaux de Nicolas Copernic et Nicolas de Cues, il démontra, de manière philosophique, la pertinence d'un univers infini, peuplé d'une quantité innombrable de mondes identiques au nôtre. Accusé d'hérésie par l'Inquisition, pour ses écrits jugés blasphématoires il fut condamné à être brûlé vif le 17 février 1600 au terme de huit années de procès. Sa statue est placée sur le lieu même de son supplice.

Aternum
Aternum est le nom donné au village ou ville romaine qui occupait le territoire de la ville actuelle de Pescara. A l'époque de l'empereur Auguste (1er siècle), Aternum faisait partie de la région administrative « Samnium IV » , qui était l'une des subdivisions régionales de l'époque romaine. On estime que la ville a gardé le nom d'Aternum jusqu'à l'an 1000, lorsque qu'il a été changé pour celui de Piscaria.

Piscaria
Le nom de Pescara viendrait d'une référence à l'abondance de poissons dans la région et de la rivière nommée en conséquence Piscarius. Piscaria devenue Pescara subira une invasion normande en 1140, puis le joug de Charles Quint au XVIe siècle, résistera ensuite à de nombreuses tentatives de conquête, puis, intégré au Royaume de Naples, sera dirigé par Joseph Bonaparte au début du XIXe siècle.

La médaille d'or de Pescara
Durant la seconde guerre mondiale, Pescara a subi de nombreuses destructions, soit à cause des violents bombardements de la fin de l'été 1943, qui causèrent la mort d'environ 3000 personnes, soit en raison des exactions commises par une partie de l'armée allemande en retraite. Pescara a reçu des mains du président de la République italienne Carlo Azeglio Ciampi la médaille d'or du mérite civil le 8 février 2001.

Les Abruzzes meurtries
La région des Abruzzes et plus particulièrement l'Aquila, a été gravement touchée par un tremblement de terre le 6 avril 2009. Ce n'était pas le premier, ni le plus important : Le 2 février 1703 un séisme se produit à L'Aquila, le jour du Carnaval. La fête est interrompue, et il y a des milliers de morts. Dorénavant, pour commémorer ce tremblement de terre, le carnaval aura toujours lieu le 3 février, contrairement au reste de l'Italie. En 1915, un gigantesque tremblement de terre se produit au sud des Abruzzes, à Avezzano. Ce séisme, ressenti aussi à Rome, à 100 km du lieu de son épicentre, a fait 33 000 victimes, et la ville d'Avezzano perdit 82% de sa population. C'est le 20e tremblement de terre le plus meurtrier de l'histoire de la planète.

Du haut du Gran Sasso...
Le Gran Sasso est le point culminant des Abruzzes et de toute la partie péninsulaire de l'Italie. Le plus haut sommet du Gran Sasso (dans le massif des Apennins, province de Teramo ) est le Corno Grande, qui culmine à 2 912 m. Le lac artificiel de Campotosto situé à 1.313 mètres d'altitude, en forme de fer à cheval, est la deuxième plus grande étendue d'eau artificielle d'Europe, large de ses 14 km2. Le massif comprend également le plus méridional des glaciers européens, de cinq hectares, à 2 700 mètres d'altitude : le glacier de Calderone, situé sur la conque du versant nord-est du Corno Grande.

Mohamed Taher Pacha, le visionnaire
Mohamed Taher Pacha, le créateur des Jeux Méditerranéens, accueillit la première édition dans son pays, l'Egypte, à Alexandrie, en octobre 1951. Il tient un discours lors de la cérémonie d'ouverture qui se concluait ainsi : « Nous ne pouvons pas scruter l'avenir avec ses mystères, mais nous pouvons toutefois préparer cet avenir et l'adapter à nos besoins à condition que les esprits soient vierges de toute malice et nos cœurs au-dessus de toute mesquinerie. Je ne peux pas passer sous silence les efforts qui ont été déployés pour réaliser cette rencontre heureuse où se joignent les espoirs d'aujourd'hui avec les espérances de demain. Je souhaite ardemment que cette rencontre réalise les espoirs que nous avons mis en elle et qui se résument en une fraternité réelle et une fidélité à toute épreuve ».

Claude Collard et le CIJM
Fondateur du CNOSF en 1972, Claude Collard aura incarné une vision du sport, de ses valeurs et de son évolution tout au long de son engagement remarquable auprès du mouvement sportif. De 1987 à 2003, en tant que Président du Comité International des Jeux Méditerranéens (CIJM), aux cotés de l ancien Premier ministre Tunisien Mohammed Mzali, il continuera à faire vivre l'idéal olympique et à faire du sport un art de la paix dans le respect de chacun. Justement décoré de l'ordre olympique et officier de la légion d'honneur, Claude Collard était entré dans les « Gloires du sport ». « Sa sagesse, son éclectisme et l'oeuvre qu'il nous laisse est un héritage d'une très grande modernité pour le sport français » a dit Henri Serandour, président du CNOSF de 1993 à 2009.

Les Jeux Mediterranéens de 1993 en Languedoc-Roussillon
La région Languedoc –Roussillon est à ce-jour la seule région Française à avoir accueilli les « Jeux Med ». Pour cet évènement en 1993, la région investit 1 milliard de francs (environ 152 millions d'euros) d'investissements et 6000 volontaires sont à l'œuvre pour entourer 3000 athlètes représentants 19 nations. 26 sports sont inscrits au programme officiel. La France accède 196 fois aux podiums, de Nîmes à Perpignan en passant par Agde, Bézier ou Narbonne. Elle est ainsi la première nation du bassin Méditerranéen (85 médailles d'or), devant son éternel rival transalpin. Cette édition marque aussi le début d'une nouvelle ère : désormais les « Jeux Med » suivront d'une année les Jeux Olympiques au lieu de les précéder.

La cérémonie des Amphores nait à Barcelone
La 2e édition des Jeux Méditerranéens, en 1955 à Barcelone apporta un nouveau symbole en Substituant la flamme olympique à l'eau. Les Jeux débutèrent au stade grec d'Ampurias, localité située au nord de la côte espagnole. Ayant recueilli l'eau de la Méditerranée dans une amphore d'argent à l'ancien port d'Ampurias construit au IVe siècle avant J.-C., et l'ayant déposée pendant une nuit dans l'ancien amphithéâtre grec de cette localité, une course relais transporta le liquide symbolique jusqu'au stade municipal de Montjuich à Barcelone, où le dernier athlète arriva au moment de l'ouverture des Jeux. Lorsque le porteur de l'amphore versa son contenu dans la fontaine installée à la porte du stade, celle-ci se mit à couler jour et nuit jusqu'au crépuscule du 25 juillet 1955, date de la clôture des Jeux. A ce moment, lentement l'eau cessa de jaillir tandis que le nouvel hymne olympique, adopté par le C. I. O. à sa session de Paris et exécuté pour la première fois au cours d'une cérémonie officielle, se fit entendre

Et se poursuit à Pescara
Pour rendre hommage au chef-lieu de L'Aquila, le jour précédant la cérémonie d'ouverture, se tiendra la “cérémonie de l'eau”: une amphore en céramique de Castelli sera remplie de la “Fontana delle 99 Cannelle” (la fontaine aux 99 bouches, à l'Aquila) par Romina, mère du premier né le 6 Avril dernier à 4 heure du matin, une demi-heure après le tremblement de terre. L'amphore fera le tour des Villages frappés par le tremblement de terre pour se mélanger enfin avec l'eau de la Méditerranée provenant de chacun des pays participants baignés par le « Mare Nostrum »

Le logo des Jeux méditerranéens
Le logo des Jeux sont trois anneaux bleu ciel ou blanc sur fond bleu ciel, et dont le bas ondule comme s'ils étaient reflétés dans les eaux de la Méditerranée. Ces trois anneaux représentent les trois continents qui bordent la Méditerranée : l'Europe, l'Afrique et l'Asie. Il s'agit d'une création de Claude Collard à la fin des années 1970. Le fondateur du CNOSF et à l'époque, vice-président du CIJM, s'inspire au départ des anneaux olympiques et du bleu de la méditerranée. Il réalise lui-même le logo.









Les Bleus en images


Tous les albums

Tableau final des médailles

Pays Or Ar Br Tot
1Italie644963176
2France485339140
3Espagne28213483
4Turquie20192665
5Grèce19143164

Tableau complet

Pescara 2009




Le site officiel

Franceolympique.com


Site institutionnel